[cc-fr] Le "médiagate" : Analystes, experts, médias et industrie de l'influence

Hervé Le Crosnier herve at info.unicaen.fr
Tue Apr 22 10:04:58 EDT 2008



	Bonjour,

	Dans l'édition de dimanche du New York Times, un long,
	très long et passionnant article décrivait les
	méthodes du Pentagone pour manipuler les médias.
	Et soulignait la responsabilité des médias dans ce cadre.
(Behind TV Analysts, Pentagon’s Hidden Hand - 20 avril 2008
http://www.nytimes.com/2008/04/20/washington/20generals.html)

	Au coeur de cette nouvelle démonstration des méfaits de
	l'industrie de l'influence (qui regroupe la publicité, mais
	aussi les "public relation", l'infowar et les pouvoirs
	militaro-industriels) on trouve les "analystes" des médias.
	Une catégorie particulière : les analystes et commentateurs
	ne sont ni totalement journalistes liés par un code de
	déontologie, ni totalement propagandistes patentés dont
	on pourrait relier les paroles aux idéologies et aux
	conflits d'intérêts.

	L'article du New York Times résume une enquête approfondie, une
spécialité qui reste la gloire des journaux étatsuniens, et dont on
aimerait tant avoir l'équivalent par ici. Cette enquête s'appuie sur
l'examen de 8000 pages de documents et d'e-mails obtenus par une plainte
pour déclassifier des sources. Il démontre que les "analystes
militaires" des grands médias, qui viennent donner la "bonne parole",
faire des conjectures et assommer le bon peuple de leur "expertise"
étaient en réalité des pions au service du Pentagone d'une part et des
"consultants" auprès des entreprises du complexe militaro-industriel
d'autre part. A ce titre, les "analyses" et "commentaires" qu'ils
délivraient sur les ondes étaient à mettre en relation avec les immenses
marchés à gagner ou à perdre pour leurs commanditaires.

	C'est ici le "médiagate" qui s'installe. Car, bien loin des quelques
lignes éparses publiées dans la presse française sur ce sujet majeur, le
NYT dénonce la complicité et l'aveuglement des médias qui avaient
engagés et payaient ces analystes. Y compris le NY Times lui-même qui
regrette certains éditoriaux de ces malfaisants.

	Il n'y a pas de domination sans complices, et ceux qui aujourd'hui
rejettent toute la faute sur "le Pentagone" cherchent en réalité à
dédouaner leur responsabilité.

	La "guerre psychologique" (psy-ops) est une stratégie pourtant connue,
commentée, on trouve même des manuels militaires, des documents émanant
du Pentagone pour la décrire. Dont ce fameux rapport "Information
Operations Roadmap" signé par Donald Rumsfeld, ministre des armées de
2001 à 2006.  Rédigé en 2003 et rendu public en 2006 après une demande
au titre du "Freedom of Information Act" (on peut le lire à
http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB177/info_ops_roadmap.pdf), ce
document prévoyait de bloquer l'internet pour éviter la diffusion
d'informations contradictoires. Le même Rumsfeld n'hésitait pas à
menacer les médias en 2006 ("Any kind of moral and intellectual
confusion about who and what is right or wrong can severely weaken the
ability of free societies to persevere."
The Washington Post, 30 août 2006 -
http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/08/29/AR2006082900585.html)

	Et pourtant, malgré cette connaissance des enjeux de la guerre
psychologique et des opérations ideologiques de l'armée, les médias
engageaient des "analystes", des "experts" sans se poser la question de
leurs liens avec l'appareil militaire et industriel. On leur demandait
de signer un simple document de "disclosure", sans enquêter sur leurs
employeurs et les intérêts en conflit avec la place propagandiste
déterminante qui leur est offerte.

	Car ces "experts" ne sont pas ceux qui apportent des "informations",
mais qui émettent le "discours" idéologique global, qui "interprètent"
les événements, du haut de leurs "connaissances", en général longuement
vantées auparavant par les présentateurs...

	Ces experts, nous les connaissons aussi en France, ancien militaires
spécialistes de l'armée, consultant en sécurité spécialistes de la
tolérance zéro, "spécialiste" de ceci ou cela... Toujours les mêmes,
faisant la tournée des rédactions, ils ou elles interviennent dès qu'il
se passe un événement. On leur déroule le tapis rouge et on les laisse
pérorer. Mais qui sont-ils(elles) ? Qui les paye vraiment ? quels sont
les intérêts croisés entre leur domaine d'expertise, leurs sources de
revenus et le discours qu'ils prononcent ? Nous ne le savons jamais...
et pire, ce que semble montrer l'enquête du New York Times, c'est que
les médias ne se posent pas la question. Eux si prompt à salir les
militants et les activistes n'enquêtent même pas sur les "experts"
qu'ils commanditent ?

	Oui, c'est un véritable "médiagate" qui s'ouvre sous nos yeux. Et c'est
maintenant qu'il faut porter le fer : qui sont les "experts" ? A quel
degré pouvons-nous croire ce qu'ils(elles) disent ? Pourquoi sont-ce
toujours les mêmes "experts", avec le même angle d'analyse ? Pourquoi
n'y a-t-il jamais deux "analystes" opposés ?

	La guerre qui s'est installée en Irak a été le produit des mensonges
médiatiques (la fameuse affaire des "armes de destruction massive") et
des commentaires récurrents par des analystes pousse-au-crime dont les
petites affaires dépendaient de leur pouvoir de conviction. C'est encore
et toujours "Tintin et l'Homme à l'oreille Cassée" ! Tintin reporter, et
nous sommes pourtant au 21ème siècle.

	Mais que n'avez-vous encore rien dit messieurs les grands
éditorialistes de nos médias hexagonaux ! Où sont vos messages pour
regarder devant votre porte, examiner de près les intérêts de vos
analystes extérieurs ?

	Car ce qui est vraiment en jeu, c'est le basculement de l'industrie de
l'information aux mains de l'industrie de l'influence.

	Et ce n'est pas un mince enjeu, compte tenu des puissances inégalées
des "technologies de l'information et de la communication" et des
méthodes de l'influence. Le fameux "mur" entre les rédactions et les
services de pub est définitivement effondré, et la "connaissance fine
des usagers" transforme tout média en moyen de manipuler des lecteurs
plus ou moins consentants. Nous sommes au régime de la "publicité
comportementale", et nous voyons avec ce militaro-médiagate que
l'influence touche tous les terrains de la vie sociale, du nucléaire à
l'agriculture, de la gouvernance des villes à l'éducation, et jusqu'à la
question centrale de la guerre et de la paix.

	Oui Messieurs des grands médias, nous attendons votre coup de
projecteur sur les conséquences de ces révélations du New York Times.
Qu'allez-vous faire ? Comment allez-vous rendre public les conflits
d'intérêts de vos analystes et experts ? Allez-vous chercher des experts
indépendants, des universitaires dont les laboratoires ne sont pas en
marché avec tel ou tel acteur du domaine d'expertise ?

	Ou allez-vous à nouveau fermer les yeux ? Manier le cynisme de ceux qui
savent cela depuis si longtemps... ce cynisme qui n'est aujourd'hui que
le dernier rempart de celles et ceux qui ne veulent surtout rien changer.

	Le cynisme n'est pas de mise : nous passons avec l'enquête du New York
Times de l'hypothèse à la démonstration... et ce n'est pas rien. Nous
laisserons-nous entraîner dans la prochaine guerre par ce même type
d'expert et d'analyste aux intérêts croisés ? Allez-vous, allons-nous,
rester complices de la désinformation et des opérations de guerre
psychologique ?

	Il est temps de sortir le balai et de nettoyer, car les temps qui
viennent vont être difficiles. Nous avons besoin d'une information
crédible. Ce n'est pas le moment de démissionner devant l'industrie de
l'influence, mais celui de relever la tête.

Caen, le 22 avril 2006
Hervé Le Crosnier


	
	



More information about the cc-fr mailing list