[cc-fr] licences Creative Commons et usage politique ou religieux ?

Bastien bzg at altern.org
Mon Apr 7 10:22:38 EDT 2008


Bonjour,

antoine moreau <antoine at artlibre.org> writes:

> « Il est de l’essence du raisonnement de nous enfermer dans le cercle du 
> donné. Mais l’action brise le cercle. Si vous n’aviez jamais vu un homme 
> nager, vous me diriez peut-être que nager est chose impossible, attendu 
> que, pour apprendre à nager, il faudrait commencer par se tenir sur 
> l’eau, et par conséquent savoir nager déjà. Le raisonnement me clouera 
> toujours, en effet, à la terre ferme. Mais si, tout bonnement, je me 
> jette à l’eau sans avoir peur, je me soutiendrai d’abord sur l’eau tant 
> bien que mal et en me débattant contre elle, et peu à peu je m’adapterai 
> à ce nouveau milieu, j’apprendrai à nager (…)
> Il faut brusquer les choses, et, par un acte de volonté, pousser 
> l’intelligence hors de chez elle ».

C'est amusant, car je viens de poster un message sur la liste [nettime]
contenant une référence à Bergson.

Je réagissais sur cette liste à quelqu'un disant que l'IPV6 ouvrait de
nouvelles perspectives esthétiques.  Je répondais en disant que je ne
voyais pas trop ce qu'on voulait dire par là.  Je pose cette question
précise : quelle oeuvre d'art serait possible avec l'IPV6 qui n'est 
pas encore possible avec l'IPV4 ?  

Et j'ajoute, histoire de prévenir une réponse faisant usage de la
rhétorique bergsonienne sur la notion de possible :

  Et pas d'échappatoire deleuzio-bergsonien du genre : « les virtualités
  esthétiques d'un dispositif technique ne sont pas saisissables dans le
  champ des possibles...

Je suis sensible à l'argument de Bergson, mais je me méfie des usages
qu'on en fait.  De même que je suis sensible à l'argument de Rousseau
lui faisant dire, à propos du citoyen dans son rapport à la volonté
générale : « on le forcera d'être libre » (Contrat social) mais je me
méfie des usages qui sont fait de cette formule, comprise hors de son
contexte.

Pour la question qui m'occupe (celle de l'utilité des licences CC NC et
ND) je dis juste ceci : oui, les licences libres forment un horizon dont
l'utilité est de « brusquer les habitudes hors de chez elles », mais on
ne peut pas passer de l'utilité de cet horizon à l'inutilité des degrés
qui permettent d'y arriver.

Souvent, les gens se grandissent tellement eux-mêmes de la grandeur
d'une cause qu'ils en viennent à mépriser toute forme d'étape
intermédiaire, n'y voyant simplement que de vains compromis mettant en
cause la pureté de leurs idéaux.

Je le redis : les licences CC ont fait avancer les choses non seulement
réellement, en permettant à un plus grand nombre de ressources d'être
«libérées», mais aussi potentiellement, en disposant de plus nombreux
utilisateurs à écouter plus attentivement les arguments du libre.

-- 
Bastien



More information about the cc-fr mailing list