[cc-fr] licences Creative Commons et usage politique ou religieux ?

antoine moreau antoine at artlibre.org
Mon Apr 7 09:53:09 EDT 2008


Le 4/7/08 11:47 AM, Bastien a peut-être écrit (may be wrote) :
> Benjamin Jean <veille.jus at gmail.com> writes:
> 
>> Là-dessus, les limitations que l'auteur peut apporter (parmi elles les 
>> clauses NC, ND, ou tout autre restriction) déséquilibrent les relations 
>> entre l'auteur et les utilisateurs (puisque seul l'auteur peut en faire 
>> une exploitation commerciale) et enlèvent tout intérêt à la 
>> contribution/mutualisation. 
> 
> Cette formulation me paraît un peu sévère.
> 
> Je suis conscient des libertés supplémentaires que les licences libres
> apportent par rapport aux licences CC limitées (NC ou ND) mais je crois
> qu'il faut prendre les licences CC comme un tout et considérer que, en
> élargissant l'éventail des « degrés » de liberté, elles ont énormément
> contribué à ce qu'un plus grand nombre d'utilisateurs sautent le pas.
> 
> C'est justement parce que ce pas n'est pas toujours aussi « grand » que
> le pas vers du 100% libre qu'il a pu être franchi par un grand nombre
> d'utilisateur, et cette évolution permet d'ouvrir un espace pédagogique
> exposant plus d'utilisateurs aux arguments du 100% libre.
> 
> C'est un progrès lent.  
> 
> L'insistance sur la distinction entre les licences 100% libres et les
> autres (NC et ND, par exemple) doit toujours être bien contextualisée
> sinon elle devient contre-productive.
> 

Je cite :
« Il est de l’essence du raisonnement de nous enfermer dans le cercle du 
donné. Mais l’action brise le cercle. Si vous n’aviez jamais vu un homme 
nager, vous me diriez peut-être que nager est chose impossible, attendu 
que, pour apprendre à nager, il faudrait commencer par se tenir sur 
l’eau, et par conséquent savoir nager déjà. Le raisonnement me clouera 
toujours, en effet, à la terre ferme. Mais si, tout bonnement, je me 
jette à l’eau sans avoir peur, je me soutiendrai d’abord sur l’eau tant 
bien que mal et en me débattant contre elle, et peu à peu je m’adapterai 
à ce nouveau milieu, j’apprendrai à nager (…)
Il faut brusquer les choses, et, par un acte de volonté, pousser 
l’intelligence hors de chez elle ».
Henri Bergson, l’évolution créatrice, PUF, Quadrige, 2006, p.193-195.

-- 

antoine



More information about the cc-fr mailing list